L’exécution du “Traitre”

Ce premier Conseil a démarré dans un ambiance tendue : Marcel BERTHOME en me saluant me demande tout de suite “Ami ou pas”. Je lui répond qu’il aura l’explication.

Il démarre la séance en soulignant le vote totalement anormal d’un des équipiers : le BLANC pour le Maire et le NUL pour les adjoints.

J’explique que la confiance est un échange à double sens et que depuis douze ans il ne m’a jamais accordé la sienne en m’écartant de tout. A partir de là, il ne doit pas s’étonner de ma réaction et du fait que je ne lui est pas donné la mienne.

D’autre part, il a trompé tout le monde à la télévision, en prétendant ne pas être de ceux qui positionnent le futur numéro un, en donnant immédiatement à sa fille Anne, trois postes clé de la Mairie, dont le poste de premier adjoint.

Il me répond que je me suis présenté deux fois contre lui, avant 2001 et que ma tentative de moderniser l’informatique de la Mairie en 2001 a été un échec, ainsi que la tentative de développer le tourisme en 2008 avec l’association FREEBOAT.

Je lui répond que jusqu’à ce jour, il ne m’a jamais parlé de ces échecs et qu’il a été très silencieux concernant le cambriolage du Jardin de l’Octroi où FREEBOAT s’est fait voler tout son matériel de pêche, alors qu’il n’y a pas eu effraction, la clé ayant servie à ouvrir la porte de la cuisine étant aux services techniques de la Mairie et pas en possession de FREEBOAT.

S’en suit un échange bruyant et désordonné sans intérêt, empreint de mauvaise foi, où ses nouveaux adjoints se sont interposés en protecteurs fidèles.

Je n’est pas insisté face à tant d’hypocrisie, le débat n’ayant aucun intérêt et le calme est revenu.

C’est alors qu’Anne BERTHOME s’est adressée à moi en me précisant que son père l’avait mis là, mais qu’elle n’avait aucune ambition sur la Mairie.

Je lui réponds que ce n’est pas dans ma culture de faire des procès d’intention et que comme je ne la connais pas, je n’est rien contre elle : c’est un problème politique.

Marcel BERTHOME change de sujet et reprend la parole pour faire un discours sur les objectifs prioritaires de ce mandat.

La première priorité est de réduire le train de vie de la Mairie pour retrouver des capacités de financement et développer de nouveaux projets : un projet par an.

Les économies seront drastiques et “le couperet tombera dans tous les services” dit le Maire : il n’y aura plus d’embauches, le personnel devra être plus polyvalent et les départs à la retraite ne seront plus remplacés.
Le personnel travaillant sur des fonctions de la CALI devront être intégrés à la CALI.

Michel DELEGER fait remarquer que les équipements communautaires comme la piscine qui profite à tous dans la région et coûte 300.000 Euros par an aux st seurinois, devront aussi être transferrés à la CALI.

Marcel BERTHOME aborde ensuite le sujet de l’association d’insertion Isle et Dronne qui souhaiterait obtenir de nouveaux locaux sur St Seurin ( 3200m² avec un loyer de 1000 Euros par mois ), les leurs étant mis en vente par le propriétaire.

Yvan MERCIER fait remarquer que ce niveau de loyer n’est pas viable pour un loueur et Marcel BERTHOME décide de transférer le dossier à la CALI.
Michel DELEGER insiste sur la nécessité de préserver des emplois sur la zone qui en manque cruellement.

Christine POURTEAU dénonce les tarifs trop élevés d’Isle et Dronne et précise que les clients locaux ne peuvent pas se payer de telles prestations.
Après quelques informations diverses, Marcel BERTHOME clôture la séance.

Laisser un commentaire