Une demande de négociation suivie d’un refus de négocier

Evelyne LAVAURE me demande d’intervenir auprès de Jean-Pierre ANDREANI pour traiter son problème à l’amiable et arrêter les procédures judiciaires.

Jean-Pierre ANDREANI accepte et nous nous retrouvons le 25 Septembre 2020 en réunion avec Jacqueline RUSSE et Marina DARPEIX, la DGS.

J’explique la situation en montrant bien que le procès actuel n’est que le premier étage de l’affaire : paiement des salaires dus au titre de l’accident du travail.

S’il n’y a pas de négociation, le deuxième étage de l’affaire sera mis devant les tribunaux pour récupérer le paiement des salaires du Brigadier de Police Municipale, qu’a été Jean-Pierre ANDREANI, agréé par le Préfet et validé par le Procureur : Marcel BERTHOME l’ayant payé comme un simple cantonnier, avec la complicité de la DGS.

Le troisième étage de l’affaire sera porté en correctionnelle, avec une plainte contre le Maire et l’ensemble des Conseillers, pour travail dissimulé, avec à la clé une demande de dommages et intérêts conséquente.

Face à ces informations, Jacqueline RUSSE, qui découvrait l’ampleur de l’affaire avec stupéfaction, ne peut pas prendre de décision et s’en remet au Maire.

La DGS qui a suivi l’affaire depuis le début, n’a visiblement pas tout dit aux élus : encore une preuve de sa fourberie !

Durant la discussion, Jean-Pierre ANDREANI demande où sont passés les deux revolvers et leurs munitions qui étaient dans le coffre de la Mairie : pas de réponse et surprise générale de nos deux interlocutrices.

Les deux armes auraient dû être remises au Préfet contre la remise d’un récépissé : …à suivre !

Réunion terminée.

Quelques jours plus tard, un simple e-mail de la Mairie indique à Jean-Pierre ANDREANI que la négociation n’est plus à l’ordre du jour et que l’affaire sera traitée devant les tribunaux.

Evelyne LAVAURE change d’avis à la volée et n’assume même pas ses propres demandes : Bravo Mme le Maire !

2 réponses à “Une demande de négociation suivie d’un refus de négocier”

  1. Il est très regrettable que lon ne puisse pas faire payer les amendes à marcel et que se soit les administrés qui règlent la note ,on se croirait au moyen-âge ou le seigneur avait tous les pouvoirs !

  2. Bravo me salabery pour votre soutient a ce pauvre andreani !on reconnaît bien la lâcheté et le sans scrupule de marcel l’ancien despote qui jouait les shérifs dans sa petite commune de campagne au lieu de protéger ses administrés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*